L'Edit de Caracalla par les Amis de Chassenon

 

Les Amis de Chassenon ont souhaité commémorer le 18e centenaire de l'Edit de Caracalla en présentant une exposition-dossier dans le cadre antique des thermes gallo-romains de Chassenon.

 

Zone de texte:  L'Edit de 2012, édit de citoyenneté universelle, est un texte fondamental qui marque la fin de la gestion coloniale des provinces par l'Etat romain. Il fut dénigré par les historiens romains de l'époque, probablement parcequ'il mettait fin aux privilèges des anciens romains. Il ne nous est connu que par des fragments de papyrus découverts en Egypte il y a cent ans.

Zone de texte:

Les dix panneaux de l'exposition reviennent sur le texte de l'Edit lui-même, ses prémices et ses conséquences. Ils donnent également un coup de projecteur sur la civilisation du IIIe siècle, assez éloignée des clichés répandus sur la paix romaine.

 

Zone de texte:  On y découvre que la Gaule ne fut pas bien traitée par Caracalla, qui pourtant était né à Lyon. Le surnom qui lui fut donné vient même de l'appellation d'un vêtement gaulois à capuche : la caracalle. Il faut dire que Britannia et Gallia avaient pris le parti d'un concurrent malheureux du père de Caracalla, l'empereur Septime Sévère. C'est l'époque dite des « impératrices syriennes » durant laquelle une vague d'orientalisme va s'imposer dans tout l'empire. Tandis que les empereurs sont aux frontières à la tête des légions, le Conseil de l'Empire et le Préfet du Prétoire imposent des réformes économiques et monétaires et renforcent l'administration. Rome voit s'élever les gigantesques Thermes de Caracalla, tandis que d'autres établissements de ce genre se multiplient, surtout en Afrique du Nord et en Turquie. En Gaule, les cités perdent leur nom latin pour reprendre leur appellation gauloises. C'est ainsi qu'Augustoritum va devenir la Civitas Lemovicum.

 

Zone de texte:  L'exposition a été inaugurée le samedi 7 avril dans l'unctorium des Thermes de Chassenon par les présidents des Amis de Chassenon et de l'Etablissement public de Cassinomagus, en présence de nombreux invités et visiteurs. L'après-midi a été animée par la troupe de reconstitution historique les Taifali de Rom (Deux-Sèvres). La présentation des costumes dans le style des pays danubiens, ainsi que le tissage de la laine (pour la Caracalle …) ont été vivement appréciés.

 

 

 

L'exposition reste ouverte tous les jours jusqu'au 25 novembre 2012 (horaires d'ouverture du Parc archéologique). Des rendez-vous sont proposés autour du thème de l'Edit de Caracalla : apéro philo les samedi 7 juillet et 8 septembre à 16 heures, et table-ronde le samedi 3 novembre à 14h 30. Renseignements : 05 45 89 32 21.

                   

            Buste de Caracalla                                                      Julia

 

 

Laurent Pelpel pour la recherche - Jean-Michel Teillon pour la composition des panneaux - Assistance technique Jean-Claude Barthout


Réagir


CAPTCHA