Un Ami de Chassenon avant l'Histoire

 

Ce titre quelque peu énigmatique pour vous présenter Bernard Fabre : un passionné d'archéologie, et notamment de la préhistoire, du paléolithique en particulier. Incollable qu'il est sur le débitage dit "Levallois". Arpentant en sa compagniee les chemins ruraux et les labours, vous aurez beau regardez où vous posez les pieds, vous ne remarquerez rien de particulier alors que lui, dans le même temps aura ramassé mult pointes de flèches, racloirs, grattoirs et autres nucleus, pardon, nuclei.

La DRAC de Poitou-Charentes, dans son rapport annuel (2010) du service régional de l'archéologie (SRA) a retenu son rapport de « Prospection inventaire » sur le territoire de Chassenon.         

Les prospections archéologiques pédestres menées au cours de l’année 2010, sur la commune de Chassenon, ont révélé que le territoire a été occupé et exploité depuis des temps relativement anciens.

De nombreux éclats et outils appartenant à diverses civilisations, ont été découverts autour des points d’eau, des sites de hauteur, le long des rivières.

Une présence ancienne, peut-être du Paléolithique inférieur, est attestée par plusieurs outils sur galets (isolés ou groupés) présents sur les alluvions anciennes, notamment sur trois sites à zone humide à l’est de Chassenon et sur un site de hauteur. Certains galets de couleur rouge et cire, ont retrouvé sur leurs enlèvements une couleur et une patine, conséquence d’une lointaine utilisation.

Les hommes du Paléolithique moyen ont également laissé leurs traces sur ces mêmes sites. La retouche caractéristique de leurs outils ainsi que le débitage dit "Levallois", ne laissent aucun doute de ce passage. 

Zone de texte:  Les civilisations des peuples du Paléolithique supérieur et de l'Epipaléolithique sont également représentées. A part la présence d'une pointe azilienne caractéristique, il est difficile de définir ces civilisations en l'absence de fossiles directeurs probants, parmi les centaines d'objets récoltés. Il est possible que quelques outils se rapportent à la période aurignacienne pour l'un, au magdalénien pour d'autres, au Néolithique ancien pour certains.

Le Néolithique révèle sa présence par plusieurs outils : lamelles, grattoirs, flèches à tranchant transversal, haches polies… Ces sites réutilisent les espaces précédents, mais certains s’implantent près des rivières, en particulier la Vienne, car elle apporte les limons nécessaires à ces hommes devenus agriculteurs. L’habitat se situe au-delà des plus hautes crues. Des sites fossoyés ont été repérés, comme près de la Grange de Quaire où un espace quadrangulaire flanqué d’un silo, a livré plusieurs silex ainsi qu’une hache polie en roche verte.

La fin du Néolithique et l’apparition de l’âge des Métaux sont caractérisés par une flèche à tranchant transversal de type sublaines, ainsi qu’un fragment de poignard à dos poli en silex pressignien. En référence à cette période, une pierre découverte lors de la fouille de l'aqueduc principal alimentant les thermes de Chassenon pourrait s'avérer être un menhir déplacé..

Une flèche à long pédoncule, à bords dentelé, pourrait se rapporter à la période de l’âge du Bronze, ce site fera l'objet de prospections plus approfondies en 2011. Des tessons non tournés malheureusement trop fragmentés pour définir une civilisation, parsèment ces derniers lieux.

Il est à signaler, près de la parcelle "des fonds", lieu présumé de captage des sources ayant pu alimenter l'aqueduc principal, l'apparition d'une ligne herbeuse en direction des thermes, qui pourrait correspondre à la présence d'un chemin bordé d'un fossé venant rejoindre la voie d'Agrippa, ou révéler l'emplacement d'une branche de l'aqueduc principal.

A la vue de ces quelques lignes, il apparait que la commune de Chassenon a été parcourue et habitée par plusieurs civilisations bien avant la période romaine. Des fouilles ciblées devraient permettre de valider cette hypothèse et comprendre les motifs d’une telle continuité.

Bernard FABRE


Réagir


CAPTCHA