Le rendez-vous de l'été 2011 des Amis de Chassenon

Les irréductibles Amis de Chassenon se sont donc retrouvés le dimanche 21 août dans le camp retranché de Cassinomagus pour leur traditionnelle journée de fête.

 

Bien entendu, l'évènement se devait de commencer par l'apéro … romain ça va de soi sous un soleil que les parasols avaient bien du mal à arrêter!

 

Il s'en est suivi le repas gaulois … enfin, un peu sous la galerie nord des thermes.

 

Les gaulois d'Esse, sous un soleil toujours aussi présent, en cotte de mailles de plus de 13kg, sous la conduite de J.Paul Brethenoux ont détaillé combats et utilisation de leurs armes spécifiques.

Le public toujours aussi nombreux s'était protégé du soleil à l'ombre des murailles des Thermes.

 

Le cinquante plus studieux ont achevé la journée en découvrant les pillages alamans

en limousin expliqués par Jean-Pierre Loustaud, docteur en archéologie..

L'histoire se passe pendant le rude hiver 269/270. A cette époque, les barbares ne se préoccupent guère des conquêtes territoriales, seules les intéressent les expéditions de pillages dans l’empire romain. Depuis l’automne 269, les Germains (Francs, Alamans et Juthunges), réunis en coalition, ont parcouru le nord de l’Italie, le sud-ouest de la Gaule et même une partie de l’Espagne, soit 2000 voire 3000 kilomètres pour amasser un véritable trésor.

 

Après avoir pillé villes, villages ou sanctuaires, pendant le voyage de retour, le convoi des barbares arrive près du port de Rheinzabern, où attend la flotte romaine qui souhaite récupérer par tous les moyens les biens volés à l’Empire. Les Romains vont tenter de stopper les pillards sur le Rhin, mais une partie du butin sera perdue. Encore aujourd’hui, personne ne peut affirmer que cet événement est dû aux combats ou aux dangers que présente le fleuve. Il faudra attendre 1700 ans avant que les exploitants d’une gravière, les frères Kuhn, découvrent au fur et à mesure, sur plusieurs sites d’un bras mort du cours d’eau, le magot oublié de tous. Pas moins de 728 kilos d’un trésor métallique constitué de mille objets en fer, en bronze, en laiton, en argent et en étain seront sortis des flots dans un excellent état de conservation. Et c'est à l'examen de ce butin qu'on découvre que certains coutelas sont spécifiques à la fabication des lémovices.

 

Les pillards suivaient les voies existantes et les chemins de crête et ils mettaient à sac toutes les villas et domaines qui n'étaient point remparés, ces coutelas proviennent de notre région et pourquoi pas de Cassinomagus ou de ses proches environs, qui ont donc eu à subir les raids des pillard alamans?

Jean-Claude Barthout

 


Réagir


CAPTCHA