Une quenouille gallo-Romaine à Chassenon

            Avant et pendant la seconde guerre mondiale, M. François Perillaud, propriétaire au bourg de Chassenon, demeurant au Pré Roby, a fouillé plusieurs dizaines de puits dans des parcelles situées à droite en allant sur la route de Pressignac. Il conservait les objets découverts à cette occasion dans un petit « musée » formé dans sa grange, visité par de nombreux curieux. Parmi les objets présentés figurait une baguette en bois tourné, à tête de coq, de 21 centimètres de long. A sa mort en 1950, la collection fut cédée au musée Masfrand de Rochechouart, qui lui-même devait perdre rapidement ses animateurs. La collection est revenue à Chassenon, pour partie, sous forme d'une mise en dépôt sur le site de Longeas. La baguette, qui n'est plus en parfait état (1), a fait l'objet d'une notice publiée par Isabelle Bertrand dans le bulletin Instrumentum (2).

 

Mosaïque de l'époque romaine

Tabarka -Tunisie ( Musée du Bardo)

           

Le puits au fond duquel la baguette a été découverte se situe aux Coutis, sur la parcelle F 520. On connaît son emplacement, mais peu de renseignement sur ce qu'il contenait. On sait seulement que le diamètre du puits est de 1,20 m et sa profondeur de 4,50 m. Chose curieuse, il était fermé par une énorme dalle de brèche de forme carrée (1,80 m. de coté et 0,30 m. d'épaisseur) (3)

 

 

 

En 1936, Frank Delage avait émis l'hypothèse que la baguette au coq pouvait être le manche d'un flagrum, s'appuyant pour cela sur des illustrations publiées par Cagnat ou par Darembert (4). Son rôle serait donc fonctionnel et religieux. Tout comme l'attribution à un manche de sistre, également évoquée (5)

 

 

            Isabelle Bertrand propose plutôt d'y reconnaître une quenouille, instrument destiné au filage. La proposition est très convaincante. Elle se base pour cela sur de nombreux exemples connus dans le monde romain, et aussi, pour quelques uns, dans notre région. La quenouille apparaît dans des sépultures féminines et elle est figurée sur les stèles funéraires. Rares sont les quenouilles en bois qui sont parvenues jusqu'à nous, car le matériaux est trop périssable.  D'autres quenouilles de ce genre sont en ivoire, en verre (Etrurie), en jais (York) et même parfois en argent (Crimée et Asie Mineure), attestant du statut social de celle qui la possédait.

 

            Il existait deux types de quenouille. La quenouille courte, que l'on tenait à la main, comme celle de Chassenon (21 cm) ; et la quenouille à long manche (91 cm), coincée à la ceinture, qui permettait de consacrer entièrement la main gauche au travail du fil (appelée « quenouille égyptienne » dans l'antiquité). Pour produire le fil, on place un amas de laine cardée sur la partie haute de la quenouille, tenue en hauteur par la main gauche. On étire alors une mèche de laine entre le pouce et l'index gauche, jusqu'à la pointe du fuseau où on la fixait. Le poids, et la rotation du fuseau actionné par la main droite forme le fil, qui n'a plus qu'à

 s'enrouler  dessus (6)

                                        Dessin de Pierre Barrière - 1956

                                                                       Reproduction 2016 d'Abel Devautour et Jean Dieudonné

 

La quenouille de Chassenon est finement travaillée au tour, et couronnée par un coq sculpté. On pourrait y voir une « quenouille gauloise ». C'est une quenouille d'apparat,  genre d'objet que l'on offrait à l'occasion du mariage, selon une pratique qui a perduré en France jusque vers 1830. 

                                                               

 

 

 

         Mais que fait donc cette quenouille de mariage au fond du puits gallo-romain à Chassenon ? La quenouille d'apparat n'était pas un cadeau de mariage ordinaire. A l'occasion de la cérémonie, elle participait au rite. A l'époque antique, pour la maternité, elle pouvait aussi devenir un ex-voto apporté aux déesses qui président à la naissance, celles qui « filent le fil de la vie ». Dans le temps de l'accouchement, la parturiente dressait un banquet à l'attention de ces déesses, pour qu'elles puissent favoriser la destinée du nouveau-né.  On remarque la quenouille sur les statues figurant les Moires (grecques), les Parques (romaines), les Nornes (germaniques) et les Matres gauloises  ….

 

Utilisation de la quenouille

Dessin de Laurent Pelpel

 

           A Ephèse, l'Artemision a livré plusieurs dizaines de quenouilles d'apparat déposées en offrande. Plus près de nous, à  Argentomagus, un manche de quenouille accompagnait quantité d'ex-voto miniatures découverts dans un puisard

 proche de la Grande Fontaine.

 

 

 

Zone de texte:  

Abel Devautour et Jean Dieudonné dans leur atelier lors
de la reproduction de la quenouille – juillet 2016
            A Chassenon, il est  prématuré de conclure sur une telle hypothèse de quenouille votive. Une étude générale permettrait d'attribuer, ou non, un caractère votif à tous les puits comblés situés au sud-ouest du bourg. Notons seulement sur cette question, que l'on a également découvert dans d'autres puits de Chassenon, un moule de déesse-mère (qui préside aussi à la maternité), ainsi que l'assemblage circulaire de 41 pesons de métier à tisser (dépôt qui peut se rattacher également au symbole du filage).

                             Abel Devautour et Jean Dieudonné 

                                  dans leur atelier lors de la reproduction de la quenouille - août 2016

                                                                                                                                 

   

            Interpellés par ce petit objet qui a tant à nous raconter, Abel et Jean, deux amis de Chassenon, se sont mis à l'établi pour en réaliser la reproduction. L’un tourne, l'autre sculpte, à partir d'un morceau de buis de provenance locale. La pièce a été achevée en août 2016 et les Amis de Chassenon ne manqueront pas l'occasion d'une démonstration de filage pour la faire connaître aux amateurs.                                                              

   

                                                                                                                                          Laurent Pelpel – août 2016

 

 

(1) En séchant, la baguette s'est fortement courbée. La surface est fendillée et présente quelques lacunes.

(2) Isabelle Bertrand – Une quenouille en bois à Chassenon (Charente), Instrumentum n° 36, décembre 2012.

(3) Frank Delage – Fouilles de puits gallo-romains à Chassenon (Charente), Bull. Soc. Hist. Arch. Du Limousin, 1936, p 599-622.

(4) R. Cagnat et V. Chapot – Manuel d'archéologie romaine, vol. 2, 1920, fig 432,

C. Daremberg et E. Saglio – Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, 1873, fig. 3001 et 3482

(5) Le flagrum est un petit fouet utilisé dans certaines cérémonies et le sistre une petite percussion à main également destinés à des cérémonies.

(6) Ceux qui sont intéressés par l'utilisation de la quenouille pourront déjà trouver une bonne démonstration des outils sur internet (en anglais) : https://www.google.fr/#q=spin+like+a+viking

 

                                                                                     


Réagir


CAPTCHA