Ce fut la dernière journée des Amis de Chassenon avec l' Etablissement Public

Tristesse et inquiétude lors de cette journée, malgré le très beau soleil!

Le public ayant parfaitement acquis le fait que la visite des Thermes n'est plus possible, les visiteurs ne furent pas nombreux mais la motivation des amis présents  était d'autant plus forte.

 

Pour commencer voici la réaction de Pierre Baudet qui n'a pu se joindre à nous:

 

Désolé de ne pouvoir être des vôtres samedi prochain. Je serai alors en Moselle à Petite Rosselle sur "le Carré de Wendel" pour un spectacle sur "Les Enfants du charbon". Il faudrait inciter François Bonneau et sa garde rapprochée à venir voir ce qui se passe ici en Moselle près de Sarreguemines sur le site archéologique de Reinheim-Bliesbrück qui ressemble beaucoup à celui de Chassenon autour de thermes gallo-romains. Il y aurait des idées à prendre en matière de subventions et de gestion de la part des collectivités locales.

Jacques Baudet 17 août 2015

 

Il y eut ensuite l’adieu au site archéologique Chassenon par Jean Pierre Lassalmonie

 

 C'est avec regret et une grande tristesse que, le samedi 22 août 2015, je suis allé dire adieu au Site archéologique de CHASSENON .

Une question se pose, question que personne ne peut escamoter :

 

                 CASSINOMAGUS est-il un site de premier ordre sur le plan national et européen ?

 

    -Si la réponse est   NON

 

  Le Conseil départemental actuel a raison et ne va pas assez loin .Il est en effet inenvisageable pour la Charente de laisser à l'abandon, au vandalisme et au pillage tout ce qui appartient aux Charentais : bâtiments, bien matériels etc...

  Il est indispensable de sauver tout ce qui peut l'être dans des délais les plus courts possibles avant que le personnel soit parti et que les lieux redeviennent un désert, une friche ...

  Le mieux serait d'enfouir les vestiges sous un monticule de terre pour freiner les appétits qui ne manqueront pas de se faire jour et éviter ainsi bien des soucis à la Commune de CHASSENON.

 

   -Si la réponse est   OUI

 

  L'ancien Conseil général avait raison. Le budget couvrant les dépenses pour l'entretien et le développement du Site avec notamment une nouvelle couverture était parfaitement raisonnable pour atteindre un objectif à terme de 50 000 visiteurs annuels grâce à l'attrait de la Nouveauté, de la richesse apportée par les Fouilles annuelles et le Jardin de "Pline" . La "Charente pauvre" limousine si loin d'Angoulême et des richesses du Cognaçais devient alors un pôle touristique et scientifique de premier plan recherché, en particulier par les Universitaires français et européens... Conséquence : le Conseil départemental doit REVOIR sa Copie .

  Les dédits, procès et autres pertes de subventions ne vont-ils pas coûter très cher à notre Département ?  Ne perd-on pas bêtement l'argent qui aurait servi au paiement d'une bonne partie de la couverture ?

 

 

                              Jean Pierre  LASSALMONIE   habitant de la  Commune de CHASSENON 

 

Il faut ensuite compléter ces témoignages par la lecture du cahier de doléances consultable en cliquant sur le lien qui suit:
/../../../../uploaded/2015-08-22-cahier-dola-ances.pdf

 

La journée s'est achevée par une rencontre d'information dont le compte rendu suit. Bonne lecture!

 

            Cette rencontre était destinée à informer les adhérents et acteurs locaux de la situation nouvelle de Cassinomagus, et à recueillir leurs réactions.

 

            Le président des Amis de Chassenon rappelle que le nouvel exécutif du Conseil départemental a pris des décisions qui vont à l'encontre du développement du site. Par délibération du 23 juin 2015, l'assemblée départementale a voté l'interruption définitive des travaux de couverture des thermes et la suppression au 31 décembre de l'Etablissement public de Chassenon. Depuis cette date, le personnel a été réduit, tout comme les horaires d'ouverture au public. Les thermes eux-mêmes restent fermés, dans date annoncée pour la réouverture. Dans ces conditions, la fréquentation a chuté, tout comme le référencement touristique du site, fruit de plusieurs décennies de travail.

 

            Le président de la Communauté de communes de Haute-Charente intervient à titre personnel, car il n'a pas encore été saisi officiellement par le Département d'un éventuel projet de transfert de l'exploitation du site. Il se dit favorable à une gestion locale du site, en association avec l'Office de tourisme et les Amis de Chassenon. Il faudrait pour cela que le Département s'engage à combler le déficit d'exploitation. Le Département sera reçu par le Bureau de Communauté de communes fin septembre ou début octobre.

 

            Plusieurs participants interviennent pour demander que le projet de couverture engagé soit mené à son terme. Ils avancent pour argument le fait que ce projet était attractif et utile, qu'il était déjà financé et bénéficiait de subventions. La question posée aux Charentais dans la Charente Libre était biaisée, puisqu'on leur demandait seulement s'ils trouvaient le projet « trop cher ». Le président de Haute-Charente pense qu'il ne faut pas tout arrêter, même s'il juge excessif le coût projet initial.

 

            Il est souligné que trop peu de Charentais connaissent déjà Cassinomagus, pourtant ouvert au public depuis plus de cinquante ans. Le président du Comité départemental de tourisme et la Vice-présidente à la Culture dans l'assemblée départementale ne connaissaient pas Cassinomagus lors de leur récente élection. Pourtant, ceux qui se déplacent sont toujours agréablement surpris et y reviennent par plaisir avec des amis.

 

            Plusieurs propositions sont formulées pour sortir de la mauvaise situation actuelle. Certains demandent que l'Association cherche en dehors de la Charente les appuis nécessaires à l'achèvement du projet d'aménagement du site : en parler dans la presse nationale et saisir le Ministère de la culture. Par ailleurs, il est conseillé de s'orienter vers une gestion locale du site pour éviter que Cassinomagus ne soit trop souvent victime des aléas départementaux (changement de majorité … voir suppression !). Enfin, il est rappelé que Chassenon et Rochechouart ont tout à gagner à travailler ensemble, autour des thèmes associés de la météorite et de la civilisation gallo-romaine. Chassenon pourrait aussi devenir le pôle de référence du patrimoine et de la culture de la Charente limousine.

 

            En conclusion, le président des Amis de Chassenon remercie les participants. La réouverture des thermes doit être la priorité des priorités. Il faut aussi redéfinir rapidement le projet de Cassinomagus, et y associer un professionnel des domaines culturel et scientifique.

 

Laurent Pelpel – 24 août 2015


 

                                                                                                                                                                                        

 


Réagir


CAPTCHA